[Episode 6] Mes premiers achats de volumateur

2 Juil 2020 | Mon histoire | 4 commentaires

On se retrouve aujourd’hui pour un article consacré à mes premiers achats de volumateur !

Des premiers achats de volumateur sur Internet

Après m’être renseignée comme je le pouvais sur les volumateurs, j’ai décidé de sauter le pas en achetant sur Internet. Alors pourquoi sur Internet et pas en institut ?

Il faut savoir que je suis de nature assez timide et introvertie, et que j’aime discuter de choses aussi intimes que ma perte de cheveux uniquement quand je me sens prête. Pour moi, me sentir prête relève de plusieurs choses : me sentir en confiance avec la personne avec qui je vais discuter et me confier et m’être bien renseignée en amont afin d’être certaine de quoi j’avance et ne pas faire trop d’erreurs sur le sujet. Et puis, j’aime surtout me faire mes avis toute seule, après m’être familiarisée sur le sujet un peu dans mon coin.

Avec Internet c’était simple pour moi : pas de questions de vendeurs, pas de personne qui pousse à l’achat, un choix qui se fait seule et à n’importe quel moment de la journée, une livraison discrète et un essayage qui peut se faire en toute intimité. Le seul souci avec l’achat d’un volumateur sur Internet, c’est de trouver la couleur qui se rapproche le plus de nos propres cheveux. Dans mon malheur, j’ai la chance d’être brune et donc cela est un peu plus simple pour moi.

Un premier volumateur à bricoler

J’ai donc acheté mon premier volumateur sur Amazon en 2017, pour moins de trente euros. Il ne s’agissait pas d’un volumateur au sens propre du terme, mais d’une closure en lace (comprenez une pièce de cheveux qui vient se placer sur le dessus de la tête après avoir fait un tissage). J’avais acheté des clips en même temps, afin de bricoler moi-même une sorte de volumateur. J’ai tout simplement cousu quelques clips sur la closure et le tour était joué ! Malheureusement, je ne peux pas te montrer le résultat car je n’ai plus les photos et j’ai jeté mon volumateur bricolé depuis.

Cette première expérience m’a permis de me familiariser petit à petit avec les volumateurs. En effet, j’ai eu beaucoup de mal au début à m’y faire psychologiquement. J’ai trouvé vraiment bizarre de déballer mon colis et de trouver des cheveux cousus les uns aux autres sur de la dentelle. Mais j’avais surtout du mal psychologiquement avec ce type de solutions car ce n’était pas mes cheveux.

J’y suis donc allée petit à petit pour le porter. D’abord, je le mettais quelques minutes quand j’étais toute seule chez moi. Je me regardais dans le miroir et j’avais beaucoup de mal à me reconnaître au début. Ça me faisait vraiment bizarre ! Et franchement, le produit n’arrangeait pas les choses car beaucoup de points n’allaient pas : le tulle-dentelle n’était pas du tout de la couleur de ma peau, je l’avais mal coupé devant et je ne savais absolument pas placer un volumateur sur ma tête.

Un second « vrai » volumateur

Après avoir pu me familiariser un peu avec le fait de porter des cheveux alternatifs, je me suis orientée vers l’achat d’un vrai volumateur. C’est-à-dire un volumateur déjà tout fait, et non pas à bricoler. Je l’ai acheté également sur Amazon pour une cinquantaine d’euros. C’était un volumateur en lace (= en tulle), toujours pas de la bonne couleur mais beaucoup plus agréable à porter.

Pour les cheveux, il s’agissait de cheveux humains, comme pour le premier. J’ai malgré tout de la chance car étant brune, il est plus facile pour moi de trouver des volumateurs basiques pour pas très cher : ce qui m’allait très bien au début pour tester.

Ce volumateur je l’ai gardé assez longtemps. C’est avec celui-ci que j’ai abordé le sujet avec mon copain. C’est aussi celui-ci que j’ai porté pour mes premières sorties à l’extérieur de chez moi. Je l’ai même porté pendant ma semaine de vacances avec mes beaux-parents. Aujourd’hui, je n’ai plus ce volumateur. Avant de le jeter, je l’avais coupé afin de savoir si la frange m’allait bien ! Spoiler alert : j’aimais bien la frange mais mon copain pas du tout…

Un achat aller-retour pour mon troisième volumateur !

J’ai voulu passer une étape de plus en commandant un volumateur avec une base en « silk top » (= avec de la soie pour imiter le cuir chevelu et un rendu plus naturel). J’ai donc commandé une nouvelle fois sur Amazon, auprès d’un commerçant chinois pour un peu plus de 100€. J’étais excitée comme une gamine à l’idée de le recevoir car je m’étais bien familiariser avec le fait de porter un volumateur et mon conjoint avait eu une réaction très positive vis-à-vis de cela !

Une fois le colis arrivé, je m’empresse de l’ouvrir. Et là, déception ! La qualité était vraiment très bien mais les cheveux étaient beaucoup trop foncés pour moi et ils brillaient vraiment trop. A tel point que je me suis posée la question de savoir si c’était vraiment des cheveux naturels… Il semblerait tout de même que oui. A mon plus grand regret, je l’ai renvoyé car je ne me sentais pas du tout de sortir avec ça sur la tête… Et il est plus facile de foncer des cheveux que de les éclaircir, cela les abîme moins.

Un dernier volumateur Amazon pour quelques mois !

Malgré ma dernière expérience peu productive, je ne me suis pas résignée à m’orienter vers un volumateur en silk top. J’ai donc racheté un autre volumateur sur Amazon pour une centaine d’euros.

Ce volumateur a été le dernier commandé sur Amazon, car il me convenait bien… mais pour un moment seulement. Je l’ai teint une première fois pour l’amener au plus près de ma couleur naturelle et cela a bien fonctionné. J’étais super contente car j’avais enfin trouvé un volumateur avec lequel je me sentais bien !

Je suis même partie en vacances 3 semaines avec lui et c’est grâce à ce volumateur que j’ai accepté ma perte de cheveux et mon nouveau reflet dans le miroir. Enfin je me sentais jolie ! Enfin j’avais fait disparaitre mes complexes ! J’étais tellement confiante que j’ai décidé de sauter le pas et de vivre ma vie quotidienne avec : travail, famille, sorties…

Depuis, je l’ai teint une seconde fois et les cheveux sont maintenant trop foncés et le silk top est ruiné. Il faut bien faire des erreurs quand on essaie… J’ai donc upgradé mon achat vers un volumateur américain de chez Sharon qui tient le site Highlinewigs. Je t’en parle très bientôt ! J’espère que mon expériences sur mes premiers achats de volumateur a été utile pour toi 🙂

Et pour toi ? Quelles ont été tes premières expériences avec un volumateur ?

A te lire !

Caroline

4 Commentaires

  1. Sofia

    Merci d avoir partager ton expérience 😍😍😍

    Réponse
  2. Ofély

    Merci beaucoup pour cet article. Je commence à m’intéresser aux volunteers mais ne suis pas prête à mettre 800 à 1000e pour l’instant. Surtout que je suis encore étudiante et que mon alopécie est encore discrète…
    Je pense essayer mes premiers volumateurs sur amazon grâce à ton article. Merci! 🙂

    Réponse
    • AvecDesCheveux

      Hello ! Ah c’est top, ne t’attends pas à une qualité de folie en passant sur Amazon.
      Si tu as instagram, n’hésites pas à te rendre sur le compte « tradingtresses » qui propose des volumateurs et perruques de seconde main entre particuliers. Tu peux y faire de très bonnes affaires 🙂

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Déjà une année de volumateur - Avec des cheveux - […] te parle plus longuement de ces volumateurs dans mes articles dédiés (Amazon, Highlinewigs, Lusta Hair), mais voici un petit…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hello !

Si tu es là, c’est certainement parce que tu es atteinte d’alopécie, ou que tu recherches des informations sur le sujet. Dans tous les cas, bienvenue sur mon blog dédié à la perte de cheveux chez la femme. Pour en savoir plus sur moi, c’est par ici

Une question ?

Tu souhaites me poser une question ou m'indiquer un sujet que tu aimerais que je traite en particulier ? N'hésites pas à me formuler tout ça ici.

D'autres ressources

Pour aborder l'alopécie autrement, n'hésites pas à faire un tour par ici.

Rejoins-moi sur instagram...

error: Le blog et son contenu sont protégés : il est interdit de les utiliser sans mon accord, conformément aux articles L111 et L112 du Code de la Propriété intellectuelle.