[Episode 1] Les signes et le diagnostic de ma perte de cheveux

1 Avr 2020 | Mon histoire | 7 commentaires

On se retrouve aujourd’hui pour le premier épisode de mon histoire : les signes de l’alopécie et son diagnostic !

Des cheveux fins depuis toujours

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu les cheveux fins. Mais vraiment. Adolescente, je me souviens qu’on voyait souvent mes oreilles dépasser de mes cheveux et que je détestais ça. Je me disais déjà que plus tard je me ferai une greffe de cheveux. Enfin…

Une perte de cheveux brutale

Des signes naissants

J’ai commencé à perdre mes cheveux de façon brutale vers mes 20 ans. Et ça a vraiment été très brutal, tant physiquement que psychologiquement ! J’en retrouvais des boules énormes après m’être brossé les cheveux, j’en retrouvais sur mon oreiller le matin en me réveillant, je bouchais la douche tous les 2 jours, j’en retrouvais partout sur le sol… Même en ne faisant rien, mes cheveux tombaient quand même… Bref je les perdais littéralement par poignées et j’avais même des sensations inconfortables au niveau de mon cuir chevelu, qui me grattait et me brûlait à la fois…

Des visites chez le dermato

Je me décide enfin à prendre RDV chez un dermatologue. Eh bien, je peux te dire que je n’ai pas été déçue du voyage. Je suis ressortie avec un diagnostic bâclé : dermite séborrhée causée par le stress. Pour elle, ma chute n’était due qu’au stress et ma dermite. Bref, je repars avec un traitement basique pour la soigner (shampooing) et calmer mes symptômes… Je suis le traitement à la lettre pendant plusieurs mois, mais rien n’y fait ! Je perds toujours mes cheveux et j’ai même l’impression que ça empire !

Du coup, je me décide à prendre un deuxième RDV pour élucider le mystère… Cette 2e dermato me prescrit un autre shampooing et une lotion à base de cortisone pour traiter mes démangeaisons. Pour s’assurer de mon état de santé et écarter les pires suspicions, j’ai eu une biopsie du cuir chevelu et de multiples examens. Décidément, je n’ai rien qui cloche.

Et là, le couperet tombe…

Ma dermatologue ne voyant pas d’améliorations par rapport à ma chute de cheveux m’envoie chez un de ses confrères à Paris, spécialiste du cuir chevelu. Après quelques mois d’attente, je m’y rends avec ma mère, et le verdict est tombé : alopécie androgénétique. Décidément, les signes de l’alopécie étaient là mais son diagnostic a été compliqué…

Nous sommes en mai 2014. Cela fait un an que j’ai arrêté DIANE 35 et on me conseille de la reprendre. J’accepte. Du moins, pour un an ! Cette satanée pilule m’a fait prendre beaucoup de poids, malgré ses effets bénéfiques sur ma peau et mes cheveux. Je me résigne à changer de pilule encore une fois, et une nouvelle gynécologue me prescrit alors JASMINE.

Un ras-le-bol général des hormones de synthèse

Et… Rebelotte ! Sous JASMINE pendant un an et demi, je recommence peu à peu à reperdre des cheveux. Mais en prime, je dois me coltiner du cholestérol… Oui à 22 ans, du cholestérol ! Cette fois-ci c’est décidé, j’arrête la pilule car trop c’est trop ! De toute façon, cela fait déjà trois ans que j’ai commencé à perdre mes cheveux. Trois années de souffrance, à l’âge où l’on est censé se trouver jolie et s’amuser.

Eté 2016, dernière visite chez ma dermatologue qui m’a redonné du MINOXIDIL 5% en mousse… Bêtement je demande « C’est pendant 6 mois ? ». A elle de me répondre « Non.. C’est un traitement à vie ». Et là, je craque. Littéralement. Je me mets à pleurer en consultation. Il y a de quoi… A 22 ans, je suis diagnostiquée AAG (alopécie androgénétique) et je dois faire un traitement local à vie… Autant te dire que j’étais bien déprimée !

Et puis quelques années plus tard… Le diagnostic du SOPK !

Un an après avoir arrêté ma pilule, nous voilà en 2017. Je fais un bilan chez une nouvelle gynécologue et lui explique ma volonté de ne plus prendre d’hormones de synthèse et mes divers problèmes d’acné et de chute de cheveux. Elle me propose donc de faire un bilan hormonal et une échographie pelvienne afin de savoir si je ne serai pas atteinte du Syndrome des ovaires polykystiques (aka SOPK). Derrière ce nom barbare se cache un dérèglement hormonal. Le SOPK cause principalement de l’acné, de l’hirsutisme, une chute de cheveux, un surpoids, et d’autres réjouissances. C’est notamment dû par la présence trop prononcée d’hormones mâles.

Et BINGO ! Après avoir fait les examens, il se trouve que je suis bien atteinte du syndrome des ovaires polykystiques. Je le suis très légèrement, mais atteinte quand même ! Voilà qui expliquerai donc tout ça…

Chute de cheveux et pilule, quel lien ?

Et quid de la pilule dans tout ça ? Car oui, je soupçonne fortement la pilule de m’avoir déclenché de façon un peu précoce le SOPK. Tu vas vite comprendre pourquoi…

J’ai pris la pilule DIANE 35 pendant 5 ans, depuis mes 15/16 ans jusqu’à son retrait du marché suite aux problèmes de santé remontés par les femmes qui la prenaient. Pourquoi DIANE 35 ? Je dois bien avouer que ma gynécologue de l’époque n’a pas cherché très loin : après 4 questions et mon envie d’avoir moins d’acné, son choix était vite fait…

Le moment arrive où DIANE 35 est retiré du marché. On me prescrit MINIDRIL à la place. C’est une pilule beaucoup moins dosée mais aussi beaucoup moins favorable pour les problèmes d’acné. 3 mois après, me revoilà pleine d’acné hormonale et avec une chute de cheveux intense en prime ! C’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’apercevoir de ma chute et à avoir des soucis de démangeaisons au niveau du cuir chevelu. J’ai été sous MINIDRIL durant 1 an environ, le temps que DIANE 35 revienne sur le marché.

Fin de la parenthèse.

Savais-tu que certaines pilules sont plus ou moins favorables à la perte de cheveux ?

Avant de conclure ce premier épisode, j’aimerai te conseiller de t’écouter. Si tu as l’impression d’avoir les signes de l’alopécie, diagnostic là ! N’attends pas trop longtemps, car tu es celle qui te connais le mieux. 

Et toi, quels ont été les signes de l’alopécie ? Comment s’est fait son diagnostic ?

A te lire !

Caroline

7 Commentaires

  1. MariE

    Bonjour et merci pour ton retour d’expérience ! Je me retrouve dans ce que tu dis, ayant eu une énorme chute de cheveux à l´arret de diane 35 (prise pour des problèmes d’acne Quand j’etais Ado). On m’a mis sous jasminelle, mais la chute a duré très très longtemps. Des mèches entières tombaient, j’avais des trous sur le crâne. J’ai fait une dépression à cause de ça (j’avais 25 ans). Finalement, ma chute a bien ralenti et plusieurs cheveux ont repoussé. Mais je garde encore une zone clairsemée sur le dessus et je suis complexée.

    Je suis sure que l’arrêt de Diane 35 m’a déclenché un dérèglement hormonal irréversible…
    Lors de ton test hormonal où on t’a diagnostiqué ton SOPK, tu étais encore sous pilule ou il faut ne plus avoir de contraception hormonale ? Je redoute l’arrêt de la pilule pour la chute de cheveux et j’ai peur du diagnostic SPOK et ce que cela implique …
    Merci pour ton blog en tout cas !

    Réponse
    • AvecDesCheveux

      Hello Marie ! 🙂
      Alors effectivement, beaucoup de femmes ont une chute de cheveux à l’arrêt de Diane 35 car c’est une pilule qui stoppe les androgènes… Du coup, à l’arrêt, les androgènes reprennent une activité et voilà le résultat…
      Pour mon bilan hormonal, je n’étais plus sous pilule depuis environ 6 mois il me semble. On m’a bien spécifié qu’un bilan hormonal était utile et efficace après au moins 3 mois d’arrêt d’une contraception hormonale, le temps que le corps se re-régule un peu…
      Bon courage et n’hésites pas à me tenir au courant !…
      Caroline

      Réponse
  2. Meli

    Salut
    Comme toi le diagnostic est tombé apres l arret de ma contraception (minesse) prise de mes 17 ans à mes 25 ans, car Environ 1 mois-1mois 1/2 apres son arrêt j’ai commencé à avoir la peau grasse les boutons sur le visage et dans le dos, des problèmes de circulation sanguine, une perte de poids et le pire mes cheveux qui se sont mis à tomber tomber tomber… apres des recherches sur le net je suis allée consulter un endocrinologue, Qui m a fait faire bilan hormonal ainsi qu’une écho des ovaires et là : « vous avez des ompk mademoiselle » !
    Maintenant meme sous pilule je perds mes cheveux.. la chute est devenue irréversible

    Réponse
    • AvecDesCheveux

      Hello Meli ! 🙂
      Mince! J’ai l’impression que la pilule dérègle pas mal de femmes au bout d’un long moment de prise…!
      Avec le SOPK, la chute devient chronique et on développe une alopécie et effectivement c’est irréversible 🙁
      As-tu essayé de changer de contraception ? Personnellement, sous pilule Jasmine je perdais un peu moins mes cheveux, cela avait calmé la chute mais je savais dans tous les cas, qu’à l’arrêt mes cheveux allaient quand même tomber…
      Bon courage !!
      Caroline

      Réponse
  3. Meli

    Oui j’ai la même impression que toi, je vois beaucoup de témoignages sur le net de filles qui ont développé des ES à l arret de leur contraception

    J’ai déjà testé belara mais sans effets notoires sur la chute pour ma part..

    Merci et bon courage à toi aussi 😉

    Réponse
  4. Margaux

    Bonjour,
    Je suis aussi touchée depuis septembre par une perte de cheveux importante et une pousse d’acné énorme ! Je n’ai jamais eu de soucis d’acné avant plutôt une belle peau et des cheveux fins mais que je n’ai jamais perdu comme cela… pour une fille de 25 ans c’est pas simple… je suis sous minidril depuis que j’ai 16 ans, et je ne sais pas quoi en penser. J’ai eu des rdv chez les médecins qui ont diagnostiqué une carence en vitamine D donc sous vitamines etc mais rien ne change. Idem chez le dermatologue. Que puis je tester et comment as tu traiter cette chute ? En tous cas merci, c’est à travers cette lecture que je commence à avoir des réponses malgré tous mes rendez vous médicaux.

    Réponse
    • AvecDesCheveux

      Hello Margaux,
      Malheureusement Minidril n’est pas une pilule jugée positive pour les cheveux. Il faudrait voir avec ta/ton gynécologue pour changer de contraception si cela est nécessaire. Selon les examens que tu as fait, il faudrait compléter par un trichogramme pour être sûre du diagnostic de ta chute de cheveux. Cela se fait chez le dermato ou alors en centre capillaire. Je ne veux pas te décevoir mais pas non plus te donner de faux espoirs : une alopécie androgénétique ne se guérit pas jusqu’à présent. On peut essayer de maintenir notre capital restant (minoxidil par exemple) mais l’AAG est un processus irréversible 🙁
      Je te souhaite bon courage!!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hello !

Si tu es là, c’est certainement parce que tu es atteinte d’alopécie, ou que tu recherches des informations sur le sujet. Dans tous les cas, bienvenue sur mon blog dédié à la perte de cheveux chez la femme. Pour en savoir plus sur moi, c’est par ici

Une question ?

Tu souhaites me poser une question ou m'indiquer un sujet que tu aimerais que je traite en particulier ? N'hésites pas à me formuler tout ça ici.

D'autres ressources

Pour aborder l'alopécie autrement, n'hésites pas à faire un tour par ici.

Rejoins-moi sur instagram...

error: Le blog et son contenu sont protégés : il est interdit de les utiliser sans mon accord, conformément aux articles L111 et L112 du Code de la Propriété intellectuelle.